Les salariés en ont assez de subir de nouveaux reculs sociaux !

Après les congés estivaux, la rentrée est bien là avec son lot d’annonces.

Depuis quelques années déjà, les reculs sociaux touchent le secteur privé comme la fonction publique ou encore les retraité(e)s…

Sous couvert d’une concertation sur les retraites, le gouvernement a rencontré les Organisations Syndicales fin août 2013.
Une première rencontre avait déjà eu lieu le 4 juillet et la délégation confédérale FO a rappelé les fondamentaux qui sont les nôtres sur ces sujets.
Depuis, le gouvernement a annoncé avoir reculé sur la CSG, la baisse des pensions, le recalcul des retraites ou encore sur un changement de l’âge légal de départ et bornes d’âge.
Les critères de pénibilité seraient pris en compte ainsi que le temps partiel qui bénéficierait d’améliorations sur le seuil de déclenchement d’heures pour la validation des droits à la retraite.

Il n’est pas possible d’imaginer que le mouvement de grève et les manifestations annoncées pour le 10 septembre n’aient pas pesé sur les réflexions des gouvernants.

Néanmoins, le compte n’est pas !

Sur le plan général, pour FO la principale revendication portant sur la durée de cotisation n’a pas été revue… Demander aux salariés de cotiser plus longtemps est une constante dans toutes les réformes intervenues depuis les 20 dernières années (6 réformes)…

Sur un plan particulier, les jeunes sont frappés de plein fouet par toutes les mesures d’allongement de la durée de cotisations.
En effet, les jeunes qui actuellement entrent plus tard sur le marché du travail se verraient partir en retraite vers l’âge de 67 ans !!!
Non, tout cela est bien loin d’être un progrès social et au contraire conforte encore l’idée qu’en matière de droits issus du travail, cette réforme est un recul supplémentaire.
La non remise en cause de l’allongement de la durée de cotisation est bien un signe donné aux marchés financiers et à l’Europe… et ce serait aux salariés de payer la note ?

Quant à la pénibilité, ce sujet mérite un réel débat. Considérer que des métiers soient pénibles apparaît comme une réalité à prendre en compte mais encore faut-il que les règles s’inscrivent dans un système de solidarité et de répartition digne de ce nom.

Aujourd’hui, bon nombre d’entre nous bénéficient de mesures et autres droits, issus de revendications portées par les anciens. Alors pour que les retraité(e)s aient un avenir digne et que nos enfants puissent réellement bénéficier du salaire différé que sont les retraites, faisons entendre notre voix le 10 septembre 2013.

N’oublions pas que l’élaboration du programme social du Conseil National de la Résistance se voulait comme un programme d’avancées sociales majeures, de progrès et de solidarité Républicaine.

Depuis de nombreuses années, sous la pression des fonds de pensions, des spéculateurs ou encore des lobbies financiers comme le FMI, la BCE, la BM etc.…les mesures issues du Conseil National de la Résistance sont clairement attaquées et détruites progressivement.

Dans sa déclaration du 5 juillet 2013, la Commission Exécutive Confédérale FO déclarait que le pacte budgétaire européen et les logiques actuelles d’austérité conduisent à la remise en cause des droits des salariés du public, du privé, des chômeurs et des retraités.

Par ailleurs, la Commission Exécutive Confédérale FO a rappelé son opposition à toute baisse du pouvoir d’achat de toutes et tous.
La crise a bon dos pour justifier certaines décisions en matière de réductions d’emplois et permettre à certains de mener des simulacres de Négociation Annuelle Obligatoire sur les salaires. Sur ce point, le secteur public, le secteur privé ou encore les retraités sont touchés.

Alors, pour les retraites, pour l’emploi et pour les salaires, toutes et tous en manifestation le 10 septembre 2013.

Le Secrétaire Général de l’Union Départementale FO du Rhône

Pour suivre l'actualité de UD FO 69 en temps réel, inscrivez-vous au flux RSS.